AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

98 membres! Merci à tous! Un sondage a lieu pour le prochain topic commun, rendez-vous par ici: sondage.
Une recherche de staff est active. Rendez-vous ici pour de plus amples informations.

Partagez | 
 

 i'm jack's broken heart. (jalfie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alfie Cooper

avatar

Messages : 8
Avatar, © : jake g. (lux aeterna)
Pseudo : tête de boeuf.
Job : sapeur pompier professionnel, héros des temps modernes pour masquer ses démons.

MessageSujet: i'm jack's broken heart. (jalfie)   Lun 4 Sep - 19:35

Ses yeux s'ouvrent mais ses paupières sont si lourdes qu'il peine à les tenir ouvertes. Il sent bien son visage gonflé et son corps douloureux. Ça, oui, il le sent. Alfie dans les vapes, les néons de la pièce où il se trouve lui font un mal de chien. Le blessé baisse les yeux alors qu'il peine à remuer. Le temps pour lui d'accuser le coup, de revenir à la réalité, de pas sombrer à nouveau dans ce sommeil qui lui semblait pourtant si délicat. Il se souvient pas bien, de ce qu'il s'est passé, de ce qu'il a fait. Tout ce qui lui vient en tête, ce sont les flammes. Mais les flammes, elles sont constamment en lui, surtout dans son cœur. Il les voit dés qu'il ferme les yeux parce qu'elles le hantent depuis des années et que tous les médocs du monde ne suffiront pas à les éteindre. Faudrait qu'il se noie, Alfie, qu'il plonge au plus profond d'une mer d'oubli et que ses poumons s'emplissent d'eau. Là, peut-être qu'il irait mieux, que sa tête lui ferait plus aussi mal à chaque fois qu'il se réveille. Mais aujourd'hui, il n'y a pas d'Ella pour lui sourire du côté gauche du lit, pas d'Ella pour lui rappeler qu'il est en retard et encore moins sa fille à précipiter pour aller à l'école. Il n'y a rien de tout ça ; le pompier a la sensation d'être coincé dans un autre monte où ses muscles pèsent si lourds que le moindre mouvement le pousse à l'épuisement. Ses yeux fatigués se posent alors sur son corps et c'est là qu'il commence doucement à se rendre compte de ce qu'il se passe, de ce qu'il lui arrive. Il s'est cassé la gueule, au milieu d'une maison incendiée, ça lui revient petit à petit, par flash, mais dans la panique, la bête ne parvient pas à définir la gravité de ses blessures. Il est beaucoup trop dans le coltar.

Soudain, son corps tout entier se crispe alors qu'il sent quelque chose se réveiller en lui. Alfie fronce les sourcils, se redresse malgré son état général qui le diminue. D'habitude, il est celui qui pousse les victimes à ne pas paniquer. D'habitude, il est de l'autre côté du lit, pas dedans, relié à des fils et des perfusions qui le gênent soudainement. Alfie se redresse brusquement, comme porté par une force qu'il ne se soupçonnait pas. Ses mains usées et puissantes arrachent la perfusion avec violence alors qu'il finit par attraper la télécommande et appeler quelqu'un. Il clique plusieurs fois, plongé dans un stress qui le fait s'asseoir sur le bord du lit alors qu'autour de lui, le sol tangue. L'envie de vomir lui traverse les tripes. Comment est-ce qu'il a bien pu déconner au point de se retrouver dans un lit d'hôpital ? Cette idée là le fait paniquer parce qu'il garde en tête son coéquipier. Il a pas envie de finir comme tous ceux qu'il a vu périr, de crever alors que tout ce qu'il essayait, c'était d'en sauver d'autres. La peur de la mort est devenue son labyrinthe, Alfie sent bien qu'il est plus capable de rien, surtout pas de retrouver son chemin. Fatigué, son regard se redresse lorsque la porte de sa chambre s'ouvre.

Jackson.
Non, merde, si.
Il est pas en train de rêver, sa tête est pas en train de lui faire une mauvaise blague. Sa gorge se serre alors qu'il se sent déjà plus diminué que jamais. Jack lui a toujours fait cet effet là parce qu'en sa présence, Alfie est incapable d'être ce qu'il est aux yeux de tout le monde. Il n'est pas qu'un simple artifice ; seulement lui-même, sans filtre, sans carapace inutile. Au milieu de sa peur, de sa douleur, le pompier se surprend à être soulagé de le voir lui. Il n'aurait pas voulu qu'Ella soit de l'autre côté de cette porte. Il n'aurait voulu de personne d'autre. Jack merde, qu'est-ce que je fous là ? Qu'il prononce d'une voix perdue et émue. Sa main ensanglantée par la perfusion qu'il a malmené s'accroche à la blouse de son ami pour le ramener contre lui, sentir son parfum dans ses narines et sa chaleur le ramener à la vie. Son cœur se crispe à l'avoir si proche de lui après tout ce temps. Robuste, Alfie reste simplement là, le visage plongé dans les vêtements de l'homme qui lui a le plus manqué, à le salir de son propre sang. Il aurait envie de chialer, de se laisser aller totalement mais y a encore quelque chose qui coince en lui. Une part d'Ella qui lui dit qu'il n'est pas une pédale, que Jackson est un idiot alors lui, il tente d'y croire.
Mais y a son cœur au milieu.
Son foutu cœur qui lui dit : tu peux pas continuer comme ça.
Et s'il était mort au milieu de flammes ? S'il avait rendu les armes sans avoir eu le temps de lui dire son unique et dernier je t'aime ?
S'il s'était retrouvé au ciel sans se souvenir de son odeur et de son regard ?
Ses doigts se resserrent sur le tissu alors que son autre bras entoure sa taille pour le ramener un peu plus contre lui. Il est à bout sans Jackson mais de ça, Alfie s'en rend compte à peine maintenant parce qu'il se sent plus faible que jamais. Cela fait des années que l'histoire dure, que les traitements ne suffisent plus à lui faire tenir le cap.
Jackson, fais pas le con, laisse-moi une place dans ta vie, même l'ombre de chien, ça suffira. Tu l'sais.
Silence.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackson Clark

avatar

Messages : 8
Avatar, © : Ryan Gosling (vinyles idylles)
Pseudo : Nihilus
Job : Chirurgien en traumatologie. Responsable des urgences. Prendre les décisions sur le tas et sauver des vies, coute que coute.

MessageSujet: Re: i'm jack's broken heart. (jalfie)   Mer 6 Sep - 16:51

En train de déambuler dans les urgences, un dossier entre les mains, Jack s’active pour ne pas songer. Pour ne pas se triturer l’esprit par le Alfie blessé et inconscient, qui se repose enfin dans une chambre non loin. Il se garde l’esprit occupé, Jack. L’esprit complètement absorbée par son travail, pour ne pas sombrer. En vérité, il pourrait passer tout son temps auprès d’Alfie, jusqu’à ce que ce dernier se réveille. À lui tenir la main et lui raconter sa vie triste sans lui. Mais Jack est le professionnel par excellence. Celui qui ne peut se laisser distraire par une touche de sentiment et d’intimité. Il s’est donné les urgences comme vocation, comme raison de vivre. Sauver tous ceux qui peuvent l’être, à défaut d’avoir pu sauver sa propre femme, à l’époque. Alors il s’abandonne, Jack. Il s’abandonner à réagir vite, à dicter des consignes sus le coup de l’adrénaline, jusqu’à regagner enfin le comptoir des infirmières pour récupérer un nouveau dossier et s’élancer d’un pas pressé au travers du service. Il est comme ça, Jack, il ne s’arrête jamais. Bourreau de travail, surtout depuis son veuvage. Avant ça ? Passionné, il ne comptait pas tellement ses heures, mais faisait un effort pour ne pas être totalement absent. Mais depuis qu’il a tout perdu, que sa fille a grandi, s’assume désormais même si elle vit de nouveau chez lui, il se dit qu’il n’a plus rien à part les urgences. À part cette raison de vivre, de survivre, au quotidien. Il s’est plus d’une fois dit que sa fille, serait certainement mieux sans lui. Égoïstement, il a été capable de penser ça.

Il pose enfin le dossier sur le comptoir des infirmières, lâchant un brin de conversation et quelques sourires. Il faut dire qu’il est agréable, Jack. Toujours bien habillé, galant et sympathique. Son côté torturé est bien enfoui dans sa carcasse abîmé. Il garde ses démons pour son intimité. Son alcoolisme galopant, ses crises d’angoisses, de cauchemars devant le corps de sa femme. Sa solitude. Malgré les bras de sa fille, toujours là pour le relever lorsqu’il tombe. Lorsqu’il sombre. Mais il veut qu’elle vive sa vie Ady. Il veut qu’elle soit heureuse et épanouie. Il ne veut pas qu’elle ne fasse que s’occuper de lui.
C’est l’alarme d’un des patient, réclamant de l’attention et une présence médicale, qui sort Jack de ses plaisanteries et de sa prétendue bonne humeur. Même s’il commence à aller mieux Jack, à sourire de nouveau, à envisager la possibilité de revivre, parfois, un trou béant demeure dans son cœur. Un trou qu’Alfie a entamé et que Rachel a terminé de creuser. Le regard silencieux de Jack interroge, cherche et c’est là qu’il comprend qu’il s’agit d’Alfie. « Je m’en occupe » Dit-il, d’une voix qui se veut ferme mais pas trop, avant de s’élancer vers la chambre en question. Elles le savent, toutes ici, que Jack est étroitement lié à Alfie. Cela fait bien des années qu’il travaille dans cet hôpital et que l’amitié avec le pompier n’est plus un secret. Alors le personnel comprend, ne dit rien, le laisse faire. Surtout depuis que tous savent qu’il a perdu sa femme sans même pouvoir agir, tenter quelque chose. La sauver.

Prenant une grande inspiration, il pénètre dans la chambre, Jack. Il essaye de rester droit, de ne pas être la proie facile de ses émotions. Il veut être professionnel, parce qu’il sait qu’il n’a plus sa place dans la vie d’Alfie. Pourtant, il ne sent pas la froideur habituelle dans les yeux de celui qu’il considérait comme son ami. Il ne sent pas la retenue. Il sent simplement la peur, le lâcher prise. Il sent l’incompréhension, alors qu’il brise le silence, avant que le chirurgien n’ait eu le temps de le faire. Mais à peine entrouvre t-il la bouche, que déjà la main du pompier s’accroche à lui avec un désespoir palpable. Il ne prend même pas garde au sang, d’une perfusion retirée trop brutalement, venant tâcher sa blouse. Il se laisse attirer contre l’homme au bord du désespoir, du gouffre. Prêt à sombrer. Celui qui craque, après avoir été si droit durant toutes ses années. Si distant. Si froid. Lorsque le bras d’Alfie se passe autour de sa taille, Jack se surprend à apprécier ce contact réconfortant, qui lui a cruellement fait défaut. Ce contact qui lui a beaucoup trop manqué, durant tous les mois de solitude. Durant un deuil trop gros, trop intense, qu’il n’a pu traverser qu’avec le soutiens de sa fille. Alors ses mains se posent sur son ami. Une sur ses cheveux, qu’il caresse doucement, comme pour en apaiser les folies, la peur et l’appréhension. L’autre, dans son dos, entre ses omoplates, comme pour le gratifier d’un geste protecteur et doux. Il est comme ça, Jack. Il a toujours été comme ça, Jack. Doux et compatissant. Empathique, aussi. « Tu as eu un accident, en pleine intervention, une partie de la maison dans laquelle tu étais s’est effondré sur toi » Inutile de tergiverser davantage. Inutile de lui donner plus de détail puisqu’il est là, dans cette chambre d’hôpital, à se remettre de ses blessures. Il a envie de lui murmurer qu’il lui a manqué. Il a envie de lui murmurer qu’il lui manque encore, chaque jours. Il n’ose pas, Jackson. Il n’ose pas s’imposer dans la vie de celui qui a eu si facile de le rejeter. Il ne lui en veut pas. Il ne peut pas lui en vouloir d’avoir préféré sa famille à leur vieille amitié presque de vieux garçon. Pourtant Jack, il le serre contre lui, même légèrement. Il baisse le menton pour l’appuyer contre la chevelure d’Alfie. Il se repait de son odeur, de tout son être, comme d’une drogue dure dont il n’a jamais été sevré. « Ça va aller, je suis là maintenant… » Se surprend t-il finalement à murmurer. En tant que médecin, que chirurgien. Bien sur, qu’en tant que professionnel. Mais pas que. Et dans ses paroles, on peut sentir une émotion, difficilement contenue.

_________________
I see beautiful things around you
« I wanted you. I needed you the most. But you're weren't here. I thought about you, a lot. Every fucking day. But you're not here anymore. You'll never be here again. You choose love, when I chosen you. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfie Cooper

avatar

Messages : 8
Avatar, © : jake g. (lux aeterna)
Pseudo : tête de boeuf.
Job : sapeur pompier professionnel, héros des temps modernes pour masquer ses démons.

MessageSujet: Re: i'm jack's broken heart. (jalfie)   Dim 10 Sep - 18:23

Il s'en veut de s'être infligé ça. Il en veut aussi à Ella parce que maintenant, Alfie a la sensation de s'être arraché un bras ou une jambe et de plus pouvoir revenir en arrière. Repousser Jackson était la pire erreur mais de ça, le pompier s'en rend compte à peine parce qu'il a vu sa vie défiler, son monde s'écrouler et tous ses doutes remonter à la surface. Suffisait qu'une maison s'effondre sur sa gueule pour que son cœur prenne enfin le pas sur sa raison. Son corps crispé contre le sien, il voudrait rester là une éternité, ne plus bouger contre le torse de cet homme qu'il aime avec tant de violence qu'il pourrait s'en faire du mal. Même là, Alfie souffre plus de ses décisions idiotes que de ses blessures physique. Il s'en fiche bien, des coups, des plaies qui saignent sous les pansements et de tout le reste parce que ses bras autour de Jackson lui rappellent tout ce qu'il a bien pu faire, toutes ses erreurs et la manipulation si bien menée de la femme qu'il croyait aimer.
Croire, c'est le résumé de sa vie. A force de se convaincre de tout un tas de choses on finit par y croire. Il est comme un môme à qui on annonce que le père noël existe pas. Ses doigts se referment sur le tissu blanc alors que ses yeux refusent de s'ouvrir, que son corps tout entier ne daigne plus quitter celui de son ami. Sa respiration est saccadée mais on peut facilement deviner qu'il est au bord du précipice, que les larmes n'ont plus qu'une seule envie : celle de dévaler sur ses joues, de les rendre plus rouges que jamais, de gonfler ses yeux et purger son cœur de sa haine. S'il était pas coincé dans ce scaphandre, il lui dirait déjà : je t'aime depuis le tout début, au delà de tout, je t'aime, irrémédiablement. Mais il a pas les mots pour ça Alfie, il a pas non plus le courage. En dehors des flammes c'est rien de plus qu'un trouillard qui se cache derrière une famille parfaite. Pourtant, suffit de s'approcher un peu pour voir les failles, la peinture qui cache les trous et puis tout le reste.
Il est pas heureux Alfie.
Et là, ça se sent encore plus parce que dans sa tête, seul Jackson et sa fille règne en maître mais pas le reste. Sa bague, s'il avait pu la balancer à travers la pièce, il l'aurait déjà fait. Heureusement, les chaînes d'Ella tiennent encore un peu.

Les mains de Jackson le réconfortent tant bien que mal alors que ses mots traversent la pièce avec un professionnalisme qui lui retourne le bide. Pour ça aussi, Alfie serait capable de jouer des poings, de le violenter pour qu'il cesse de le prendre pour un patient. Parce qu'il n'est pas seulement un patient mais son ami. Un ami qui a fuit le champs de bataille mais un ami quand même. Un espèce d'idiot ayant fait les mauvais choix et qui s'en mord terriblement les doigts aujourd'hui.
Ça va aller. Jack lui dit ça sur un ton qui le pousse à éclater soudainement en sanglots. Il a peut-être une armure incroyable Alfie mais pour une fois, il a eu terriblement peur d'y passer. Il s'est même vu pendant un instant finir comme son coéquipier et cela lui a fragilisé les sens. Non, ça va pas aller. Qu'il crache, un peu agressif, désespéré aussi. Son regard grisé ne parvient pas à se relever vers le chirurgien, reste coincé dans ses vêtements, dans cette position là, caché derrière un voile de paupières lourdes. J'suis désolé Jack, t'aurais mieux fait de me laisser crever. Qu'il balance, d'une voix cassée, tellement rauque que c'est à peine si l'on peut le comprendre. Il se doute bien que son ami est au travail et qu'il n'a plus vraiment de temps pour lui mais Alfie est incapable de réfléchir. Il est possessif, le pompier, et pourrait le garder contre lui une éternité. L'homme resserre un peu plus son étreinte sur le corps de celui qui le tourmente pour l'empêcher de s'éloigner, de le voir disparaître alors que le fugitif, c'est lui. Pas un autre, juste lui. Responsable de son propre malheur. Ses épaules tremblent encore du sanglot qui le remue, de la douleur qui le traverse au simple fait de pleurer. Cercle vicieux qui l'empêche de respirer correctement, qui lui cause des spasmes légers.
Pour une fois, il n'est plus l'homme plein de fierté, il est loin de tous ces clichés dans lesquels il se perd à longueur de temps.
Son cœur se crispe parce qu'Alfie sent le masque tomber, le môme plein d'insécurités prendre le dessus et se dévoiler.

On va faire quoi après ça ? Tu vas me soigner comme tous les autres et te barrer ? Qu'il demande en relevant la tête cette fois. Gorge nouée, il sent la panique le prendre aux tripes et les questions se mélanger les unes aux autres. Ella … elle sait ? Pour lui, pour cet incident. Il sait bien qu'elle finira par débarquer et briser ce moment c'est pour ça qu'il se presse, qu'il s'embourbe dans ses pensées. Ça ira jamais tant que tu seras plus dans ma vie. Epuisé, Alfie termine enfin par le lâcher, lui redonner sa liberté et s'allonger dans son lit. Ses draps à moitié par terre, sa perfusion agonisant dans le vide, ses yeux se mettent à fixer le plafond alors qu'il peine encore à respirer, pris à la gorge par ses angoisses.
Dans quelques jours, certainement qu'il aura honte de cette scène qu'il est en train d'offrir à Jackson mais il peut plus vivre avec tout ça sur le cœur.
Pas une seconde de plus.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jackson Clark

avatar

Messages : 8
Avatar, © : Ryan Gosling (vinyles idylles)
Pseudo : Nihilus
Job : Chirurgien en traumatologie. Responsable des urgences. Prendre les décisions sur le tas et sauver des vies, coute que coute.

MessageSujet: Re: i'm jack's broken heart. (jalfie)   Ven 15 Sep - 18:16

Il sent bien qu’Alfie ne veut pas le lâcher. Qu’il s’accroche à son corps avec un certain désespoir. Que l’homme plein de fierté, qu’il a toujours connu, est en train de sombrer complètement. D’abattre une à une ses barrières. Il le sent Jack parce qu’il l’a déjà vu craqué. Peut être une fois, deux ? Il n’en est même pas certain, le chirurgien, mais voir Alfie comme ça, même après tout le ressentiment et la douleur qu’il a pu avoir lui même, ça le retourne. Alors il ne bouge pas. Il caresse les cheveux de son ami pour tâcher de le réconforter. De le calmer. De lui montrer que lui, il ne sera toujours que tendresse, au delà du professionnalisme dont il est obligé de faire preuve. « Je n’aurais jamais pu te laisser crever, tu le sais bien » Dit-il, d’une voix douce, pour reprendre ses mots. Parce que même s’il sait qu’il n’a plus sa place dans la vie d’Alfie, il ne veut que lui souhaiter le meilleur. Il est comme ça, Jack. Il veut tellement voir les autres heureux qu’il en oublie lui même de vivre, de s’épanouir. Qu’il en oubli lui même qu’il a le droit de s’affirmer et de vouloir sortir la tête de l’eau dans laquelle il se noie depuis la mort de sa femme. Il n’a pas besoin de tergiverser davantage, de dire qu’il ne sort pas juste cette réplique par professionnalisme, parce que ton timbre de voix n’est plus le même que lorsqu’il est avec ses patients classiques, pour lesquels il ne se pose pas toutes ces questions. Il s’y perd un peu, dans cette étreinte volée à un certain désespoir. Ça lui fait du bien, à lui aussi, de pouvoir sentir enfin Alfie contre lui, après toutes ces années. Alors lorsqu’il Alfie se laisse aller à un sanglot, Jack ne fait que resserrer cette étreinte. Ça lui tord les entrailles et lui broie le cœur de voir celui, toujours fort, toujours droit, se laisser abattre comme ça. Sombrer.

« Je vais te soigner oui, c’est mon job et puis… » Mais déjà, le voilà interrompu par Alfie qui se lance un peu plus, qui parle d’Ella et Jackson baisse le regard vers lui, pour enfin se perdre dans ses yeux. « Oui, elle sait. Elle est venu ce matin, elle a dit qu’elle repasserait après son boulot donc d’ici quelques heures » Lâche-t-il après un bref regard à sa montre. La dernière réplique d’Alfie, Jack ne s’y attend pas. Il regarde le pompier se laisser choir en arrière, reprendre sa place dans un lit défait, pour le fixer sans trop savoir quoi dire. Il a le cœur lourd, Jack. Le cœur lourd de voir son ami souvent, sans pouvoir l’approcher. Sans pouvoir ne serai)se que décrocher quelques mots qui n’ont aucun rapport avec leur boulots respectifs. « Je… Je n’ai plus ma place dans ta vie, tu me l’as bien fait comprendre » Dit-il en baissant finalement le regard vers ses dossiers, nerveusement. « Alors que dieu sait que j’ai eu besoin de toi, Alf’ » Renchérit-il en fronçant les sourcils. Il sent déjà l’émotion qui monte, en repensant à la mort de Rachel. En repassant à toute la douleur, la dépression, l’alcoolisme. La spirale infernale dans laquelle il a sombré, parce qu’il n’avait plus son pilier. Il essayait de conserver quelques apparences devant Ady, sa fille, qui n’était tout sauf dupe. Mais depuis ce moment là, Jack n’est rien d’autre qu’un homme brisé, à la dérive.
Il remonte finalement les yeux vers le pompier, posant le dossier au bord du lit pour récupérer la perfusion et s’approcher pour la lui remettre délicatement. « Alors oui c’est sur, ça n’ira pas, parce que chaque jour est une putain d’épreuve et que je m’efforce de garder la tête haute mais… Est-ce que t’as seulement pensé à moi, quand Rachel est morte ? est-ce que tu t’es dis que, peut être, j’avais foutrement besoin de toi ? » Il s’immobilise, Jack, après avoir remis la perfusion. Il fixe Alfie avec tellement d’émotion, de colère et de tristesse. De détermination, aussi. À lui faire comprendre, à lui faire admettre. Il n’est pas rancunier, Jackson. Il sait que son ami avait sa vie, sa famille, son mariage, alors que lui venait de perdre sa femme mais là, tout ça ressort. Tous ces sentiments enfouis. Toute sa douleur qu’il noie dans l’alcool et les relations éphémères, pour essayer de se vider la tête. Il veut se perdre dans les bras d’Alfie, il veut lui confier ses peines et ses joies. Il veut retrouver leurs rires. Il veut le retrouver lui. Mais pourtant tout ce qui lui reste aujourd’hui, c’est un gout amer d’une amitié trop vite avortée. « Tu comptes énormément pour moi, depuis toujours. Tu as été là quand personne n’était là et aujourd’hui, putain qu’est ce que ça me fait mal de devoir t’ignorer, parce que j’étais de trop. Quand tu t’es éloigné, quand tu m’as fait comprendre, je me suis senti tellement con, tellement nul, tellement à côté de la plaque... » Il en a les mains qui tremblent, Jack. « Enfin je… Je ne sais même pas pourquoi je te dis tout ça, Ella va bientôt arriver, je vais juste envoyer une infirmière pour changer la dose de médicaments et vous laisser tranquille » Il affiche un sourire amer, fronce les sourcils pour récupérer ses dossiers et se perdre dedans. Dans l’espoir de se noyer, volontairement, dans le travail. Une fois de plus.

_________________
I see beautiful things around you
« I wanted you. I needed you the most. But you're weren't here. I thought about you, a lot. Every fucking day. But you're not here anymore. You'll never be here again. You choose love, when I chosen you. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: i'm jack's broken heart. (jalfie)   

Revenir en haut Aller en bas
 

i'm jack's broken heart. (jalfie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'eurycoma longifolia jack
» les début de jack en saut...
» Cherche un Apex Jack...
» Jack a un grain en ce moment !!!!!
» poigner chauffante arriere sur seat jack...jai-tu assez de jus???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Two Truths And A Lie :: FAIRVIEW, EAGLE STATE :: Abbey Road :: Fairview Memorial Hospital-